Le Géant et les Sangliers,

Cela pourrait être une fable pour Enfants, si ce n’était plutôt l’archétype de l’ultralibéralisme qui détruit le tissu artisanal du Haut-Doubs :

« Je défends mon terroir et mon métier » dit Martèle Agnès Ambert.

En effet, cette artisane franc-comtoise ne décolère pas :

« J’ai raison sur le fond…et c’est sur la forme que la justice m’a donné tort…

« On ne peut pas laisser croire aux gens que tous les Mont d’Or sont fabriqués avec des sangles

franc-comtoises.

« Les consommateurs en ont ras le bol, il faut arrêter de se moquer du monde «

Agnès Ambert, Présidente de l’Association des Sangliers du Haut-Doubs a déposé une plainte au civil contre le Syndicat Interprofessionnel de Défense du fromage Mont d’Or (bras armé des lobbies). Elle sera entendue le 04 décembre 2016 par le Tribunal de Grande Instance de Besançon,

et il faudra être là, autour d’elle et ses soutiens, afin de défendre une économie locale qui se bat contre une délocalisation des sangles en Pologne.

Une sangle de 0,20 centimes peut-être concurrencée par une main d’œuvre polonaise exploitée largement en deçà des charges inhérentes à la France. Les déplacements en camions, avec un gasoil dont le prix n’est pas suffisamment élevé pour pénaliser ces navettes Est/Ouest, avec un coût de pollution garanti et non évalué dans le prix de vente.

Voilà plus de 14 ans que Mme Ambert s’est lancée dans ce combat juridique. En l’occurrence, il est inconcevable que ce fromage bénéficie d’une AOP (appellation d’origine protégée) alors que des sangles venues des pays de l’Est sont utilisées pour sa fabrication.

« Le consommateur devrait avoir la garantie que le produit est authentique et vient d’une zone géographique délimitée. Toutes les matières utilisées pour sa fabrication devraient également venir de ce secteur. »

La Loi devrait obliger les producteurs à inscrire la provenance des sangles sur les boites.

Un produit fabriqué avec des sangles du Haut-Doubs n’est pas le même qu’un fromage conçu avec des sangles d’importation.

Un combat qui coute cher :

« Certains de mes collègues subissent des pressions de la part de certains producteurs locaux pour qu’ils démissionnent de notre association…

« Si nous ne nous étions pas battus, le métier de sanglier n’existerait sans doute plus dans le Haut-Doubs, alors qu’un sanglier est capable de fournir 100 000 mètres de sangles/an. La grande majorité d’entre eux en produisent entre 5000 et 10000 mètres.

Une dure réalité et précarité qui les fait cumuler d’autres activités pour survivre.

Rappel :

Agnès Ambert fait partie des derniers sangliers du Haut-Doubs.

Ceux-ci prélèvent la sangle de bois sur les épicéas, ce qui donne son parfum au fromage

de Mont d’Or. La sangle made in Haut-Doubs coute 20 centimes. Pas de quoi mettre en péril la santé économique des producteurs ! Le Mont d’Or est en plein essor, sa production atteint les 5000 tonnes par an.

Voir le reportage de France 3 Région Franche-Comté et la lutte d’Agnès Ambert.

Gilles Perret

France Insoumise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *